Ô

Sans la sève des amours passionnées,

Sans le secret désir de te posséder,

Enveloppe charnelle, âme sous tutelle,

Sans ton troublant regard couleur de bois goût caramel…

Je m’oublie, je ne suis, je ne vis, je me vide…

Sans ton derme épi de soie, tes cheveux de bébé,

Ton enivrante voix, tes lèvres parfumées,

Sans toi mon double, mon rêve évaporé…

Je m’oublie, je ne suis, je ne vis, je me vide…

Mais alors tant de mots, tant d’envolées lyriques,

De projets féeriques…

Propos dithyrambiques.

Tant de hauts, tant de ô…

Trop de ô…

Avec toi j’ai régné au pays des Aimées,

Nulle autre contrée que tes bras torturés.

Avec toi j’ai été une fée, une fée…

Je m’oublie, je ne vis…

Commentaires:

Laisser un commentaire

«
»